Archives de Catégorie: Société

Début des séances publiques au sujet de l’échangeur Turcot

(© Sébastien Lavallée)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

Lundi le 11 mai passé débutaient les séances publiques au sujet du projet de reconstruction de l’échangeur Turcot. C’était l’occasion pour les citoyens et membres de groupes divers de venir déposer leurs requêtes et de rencontrer les promoteurs du ministère des Transports du Québec (MTQ). Vous pouvez entendre la rencontre sur le site du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

Lire la suite

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Société

Alpaquoi? : portrait d’une éleveuse d’alpagas

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

«Les vétérinaires n’y connaissent rien, ils ne peuvent pas t’aider quand l’une de tes bêtes tombe malade!» À ces mots, il est facile de saisir l’amour presque maternel que voue Diane Feinberg à sa vingtaine d’alpagas. Il suffit d’un simple son inhabituel et accourre : lorsqu’il est question de ses bêtes, cela suffit à couper court à la conversation. Cela est d’autant plus vrai depuis que sa petite première, une femelle qu’elle nomma Annabelle, s’est remise d’une difficile maladie et a tout de même donné naissance à un petit en 2008 : «Il a toutes les chances de gagner des prix comme sa mère!», dit-elle avec fierté.
Lire la suite

2 Commentaires

Classé dans Société

Les autres et nous : une question de langue?

Michel Venne, Directeur général de l'Institut du Nouveau Monde (© Sébastien Lavallée, 2009)

Michel Venne, Directeur général de l'Institut du Nouveau Monde (© Sébastien Lavallée, 2009)

Après un certain repli identitaire, l’Institut du Nouveau Monde (INM) se propose de reprendre le projet d’apprivoisement du multiculturalisme et de se «rebâtir un langage commun», comme le mentionne Michel Venne, le directeur général et fondateur de INM, et cela grâce au forum Le français, une langue pour tout et pour tous? se déroulant les 3 et 4 avril au Complexe des sciences Pierre-Dansereau à Montréal.

À la suite des chambardements qui suivirent le 11 septembre 2001 et la place importante que la question des  accommodements raisonnables a prise au Québec, le multiculturalisme serait-il chose du passé? C’est ce que tente d’infirmer cet événement qui met en scène près de 200 participants : «L’objectif de la fin de semaine est de situer le débat sur la langue dans une perspective autre que protectionniste», nous informe M. Venne.

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Société

Une journée haute en couleur à Montréal

Dimanche à Montréal avait lieu la traditionnelle manifestation contre la brutalité policière. Sans itinéraire, difficile de prévoir où se rendront les manifestants. La forte présence policière témoignant de ces incertitudes. Il faut tenter de suivre, assister aux quelques affrontement ponctuels avec les policiers (où roches, briques, légumes et peinture blanche sont lancés).

En tout, environ 220 arrestations, des voitures et des vitrines de magasin vandalisées, mais fort heureusement peu de blessés (aucun grave).

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

7 Commentaires

Classé dans Société

La guerre au plastique

(© Sébastien Lavallée, 2009)

(© Sébastien Lavallée, 2009)

Lors d’une réunion du conseil d’administration de la Fédération canadienne des municipalités (FMC), 28 municipalités provenant de 6 provinces ont voté en faveur de l’interdiction de la vente d’eau embouteillée dans les lieux sous responsabilité municipale. Cette mesure était une initiative de deux villes où cette réglementation est déjà en vigueur : London et Toronto.

Le représentant de la Polaris Institute et de www.insidethebottle.org, Joe Cressy, manifesta son engouement : «De la même façon que Coca-Cola ne vend pas de produits Pepsi entre ses murs, nous sommes très heureux de voir que le FCM encourage les municipalités à ne pas fournir d’eau embouteillée dans les lieux appartenant à la ville.»

Le point de vue québécois

L’Association of Municipalities of Ontario (AMO) avait déjà, avant même la rencontre d’aujourd’hui, encouragé ses membres à voter en faveur de ce règlement. Déjà 27 municipalités canadiennes appliquaient ou avait enclenché les démarches en vue d’appliquer ce type de règlement. La ville de Montréal, de même que le reste de la province, manifestait toutefois déjà ses intentions d’opter pour la consigne sur les contenants de plastiques plutôt que les bannir.

La ministre de l’Environnement du Québec, Mme Line Beauchamp, avait déclaré jeudi dernier à La Presse Canadienne ses réticences face à un retrait complet de ce type de produit : «C’est quelque chose qu’on encourage mais pas de là à l’imposer mur à mur. Je vais vous donner un exemple : dans une machine distributrice, […] si j’interdis l’eau, est-ce que c’est parce que j’encourage la consommation de boissons gazeuses sucrées en canettes d’aluminium?» C’est aussi ce qu’avait déclaré Elizabeth Griswold, de la Canadian Bottled Water Association (CBWA), lors d’une entrevue accordé au Times Colonist de Victoria en insistant sur l’impact sur la santé des fonctionnaires de la ville et des jeunes sportifs qui utilisent ces lieux publics.

Recyclage ou valorisation?

Selon l’évaluation de Recyc-Québec dans leur bilan de 2006, l’application d’une consigne permettrait de faire grimper le pourcentage de bouteilles recyclées, de 44 % à 77 % sur un total de bouteilles d’environ un milliard. Cependant, il faut aussi tenir compte de l’impact environnemental de la production et du transport de ces bouteilles.

Si les villes québécoises sont frileuses face au retrait complet des bouteilles d’eau, les provinces anglophones semblent beaucoup enclines à suivre le modèle proposé par London et Toronto. Leur raisonnement est le suivant : tout en réduisant les déchets, il faut aussi redonner confiance aux citoyens en l’eau de l’aqueduc qu’offre la ville dont le produit embouteillé ne diffère parfois pas beaucoup.

-30-

Poster un commentaire

Classé dans Environnement, Société

«Justice et vérité»: Réclame la famille de Fredy Villanueva

Une cinquantaines de manifestants réunis au parc Henri-Bourassa pour appuyer la famille Villanueva

Une cinquantaines de manifestants réunis au parc Henri-Bourassa pour appuyer la famille Villanueva (© Sébastien Lavallée 2009)

La famille Villanueva et une cinquantaine de manifestants ont unis leur voix aujourd’hui, à l’endroit même ou le jeune Fredy Villanueva est décédé le 9 août 2008. Ils se regroupèrent afin de se faire entendre par le gouvernement provincial : «Québec ne veut pas payer pour ses citoyens, mais c’est les citoyens qui payeront les avocats des policiers avec les fonds publiques!», déclara Alexandre Popovic, porte parole de la Coalition contre la Répression et les Abus Policiers (CRAP).

Si la décision de reporter le début de l’enquête publique, qui devait débuter le 16 février, soulage les familles, la question financière demeure au cœur du débat : «Nous voulons que le Premier ministre prenne position, scanda M. Popovic lors du rassemblement, nous voulons que l’État québécois respecte sa promesse d’assumer les coûts de la représentation légale au cours de l’enquête publique.»

Conserver le rapport de force

Organisée conjointement par la CRAP ainsi que par Montréal-Nord Republik, l’événement visait à «montrer qu’on est encore en rapport de force, expliqua Guillaume Hébert, porte-parole de Montréal-Nord Républik, avec le ministère de la Sécurité publique, c’est toujours une fin de non-recevoir, il n’y a pas de feedback sur nos demandes.» C’est cette attitude du ministère de la Sécurité publique qui pousse la famille à participer activement pour une des premières fois à une manifestation, comme le précise M. Hébert : «Depuis qu’ils ont annoncé que le policier Lapointe ne serait pas poursuivit, ils sont plus revendicateurs.»

À forces égales

La marche, qui commençait dans le stationnement du parc Henri-Bourassa où le jeune homme perdit la vie, se déroula dans le calme et fut encadrée par une forte présence policière. L’événement survient une journée après que la CRAP ait porté plainte au ministère de la Sécurité publique pour s’opposer à la décision de ne pas couvrir les frais de représentation légale des deux autres victimes et témoins : Denis Méas et Jeffrey Sagor Métellus. Les Villanueva ont déjà droit à un avocat qui les accompagne dans leurs démarches. Les policiers auront droit à six avocats. «Nous cherchons à faire en sorte de trouver la vérité. En ce moment, les forces ne sont pas égales, pense Sophie Sénécal, aussi porte-parole de la CRAP, il faut continuer à faire pression pour obtenir les autres demandes des familles.»

Il est à noter que les familles tentent de faire la preuve qu’il leur fut confirmé, dès le 2 décembre 2008, que l’état assumerait le coût des frais d’avocats. Le ministre de la Sécurité publique, Jacques Dupuis, soutient qu’il n’en fut jamais ainsi, que seul un avocat – celui de la famille Villanueva – était prévu.

La soeur de Fredy Villanueva, Patricia (© Sébastien Lavallée 2009)

La soeur de Fredy Villanueva, Patricia (© Sébastien Lavallée 2009)

La mère de Fredy Villanueva (© Sébastien Lavallée 2009)

La mère de Fredy Villanueva (© Sébastien Lavallée 2009)

(© Sébastien Lavallée 2009)

(© Sébastien Lavallée 2009)

(© Sébastien Lavallée 2009)

(© Sébastien Lavallée 2009)

-30-

Poster un commentaire

Classé dans Société